Réponse question 3

Question 3. Indépendamment du contexte clinique, dans quelles autres pathologies peut-on rencontrer ce type d’inflammation?

Le diagnostic de tuberculose est possible et doit être éliminé, bien qu’en cas de tuberculose les granulomes présentent généralement de la nécrose caséeuse, à l’exception de la phase folliculaire pure de la maladie (exemple de tuberculose : http://www.lamenligne.u-bordeaux2.fr/mscope-education/atlas/displayCase.action?caseId=16463 ). D’autres infections peuvent susciter une réaction inflammatoire tuberculoïde, comme d’autres infections bactériennes (mycobactéries atypiques, lèpre, maladie des griffes du chat, infections à Chlamydiae, Yersinioses, tularémie), certaines mycoses (histoplasmose, cryptococcose) ou encore des parasitoses (bilharziose, échinococcose avec rupture de kyste).

Des granulomes épithélioïdes peuvent aussi s’observer dans certaines pathologies dysimmunitaire, comme la maladie de Crohn, le rhumatisme articulaire aiguë ou encore la polyarthrite rhumatoïde (s’accompagnant alors de nécrose fibrinoïde).

Une réaction à corps étranger peut également s’accompagner de granulomes épithélioïdes et giganto-cellulaire, lorsqu’elle met en jeu une réaction d’hypersensibilité (ex : sels métalliques, allergènes inhalés, piqure d’oursin, etc…).

Enfin, certaines pathologies malignes, comme le lymphome de Hodgkin, peuvent d’accompagner d’une réaction granulomateuse, la recherche soigneuse de cellules tumorales à l’examen histologique permettant d’en faire le diagnostic.

Last modified: Tuesday, 21 August 2012, 12:16 AM