Cas 1 : Pathologie inflammatoire oesophagienne

 

Dr Maggy Grossin, Dr Jérôme Verine

 

Remarques préliminaires :
- Cet ED en ligne vous permet de préparer l'ED en salle. Vous devez lire l'observation, examiner les images inclues au sein du texte ainsi que les lames virtuelles. Les lames virtuelles comportent des annotations qui vous guident ou sur lesquelles sont basées les questions posées dans le cas clinique. Vous devez répondre par écrit aux questions posées ci-dessous dans le cas clinique et vous rendrez votre copie au début de l'ED en salle. Cette copie aura valeur de contrôle continu.
- Dans ces cas cliniques, quelques notions en italique peuvent être données pour votre information personnelle mais ne sont pas au programme de l'examen de l'UE de pathologie digestive du L3.
- Vous pouvez obtenir des informations complémentaires dans :
  
  . Cours magistral du Pr Lavergne-Slove, 2014, 
     . Inflammation virale, (à partir de la diapo 23)
     . Nécrose: Les lésions élémentaires (à partir de la page 30)

- Pour utiliser les lames virtuelles, vous pouvez consulter la notice (mise à jour 2015)

 
Observation et questions :

Une femme âgée de 80 ans, ayant comme principal antécédent une polyarthrite rhumatoïde traitée par corticothérapie au long cours, est hospitalisée pour perforation de l’œsophage thoracique. Après antibiothérapie première, la mise en place d'une endoprothèse obturante est compliquée d'une perforation trachéale nécessitant une œsophagectomie partielle.

Vous faites l'examen anatomopathologique de la pièce opératoire.

Examen macroscopique de la pièce opératoire:

La pièce d'oesophagectomie mesure 13 cm de long après fixation. Vous constatez qu'elle présente un orifice de perforation et plusieurs zones de la muqueuse où la perte de substance est plus limitée. En dehors de ces lésions, la muqueuse oesophagienne est macrocopiquement normale. Il n'existe aucune tumeur visible. Vous commencez par prélever les limites d'exérèse chirurgicale, puis vous faites des prélèvements sur les différentes lésions observées et de façon systématique sur la muqueuse oesophagienne macroscopiquement normale.

Voici une photographie extraite de la lame virtuelle que vous avez à étudier (lien simplifié). Elle concerne la paroi oesophagienne normale.

Question n°1: Relier chaque lettre de A à G du schéma ci-dessus aux différentes couches de la paroi œsophagienne énumérées ci-dessous :

Sous-muqueuse

Adventice

Chorion

Musculeuse: circulaire interne

Musculaire muqueuse

Musculeuse: longitudinale externe

Epithélium malphighien non kératinisé

 

Question n°2: A quelle structure anatomique correspond l'annotation 1 et que contient-elle?

 

 

 

 Voici un schéma des pertes de substance que l'on peut observer au niveau des parois digestives.


 

 

Question n°3: Parmi les termes suivants, lequel vous paraît le mieux correspondre à la lésion figurant à l'annotation 2?

 

A: Abrasion

 

B: Erosion

 

C: Ulcération

 

D: Ulcère chronique

 

E: Perforation

 

Question n°4: Au niveau de cette perte de substance, le revêtement épithélial est entièrement remplacé par un matériel inflammatoire (annotation 3). Comment appelez-vous cette lésion élémentaire?

 

 

En regardant en périphérie des zones de perte de substance, vous observez des cellules malpighiennes dont le cytoplasme est condensé, très éosinophile et dont le noyau est peu ou pas visible.


Question n°5: De quelle lésion élémentaire s'agit-il?

 

 

D'autres cellules malpighiennes contiennent un ou plusieurs noyaux ballonisés, renfermant un inclusion éosinophile, vitreuse, entouré d'un halo clair.

 

 


Question n°6: De quelle lésion élémentaire s'agit-il?

 

 

Finalement, vous réaliser une étude immunohistochimique complémentaire avec l’anticorps anti-HSV1. (lien simplifié)

Question n°7: Quel diagnostic êtes-vous en mesure de proposer?

 

Remarques complémentaires sur le cas clinique:

La perforation oesophagienne, ayant nécessité l'oesophagectomie, relève du syndrome de Boerhaave sans aucun lien avec l'infection virale.

C'est l'étude histologique de la pièce d'oesophagectomie qui a permis de mettre en évidence l'infection virale.

L'oesophagectomie ne constitue en aucune façon le traitement de cette infection virale qui relève d'un simple traitement anti-viral.

Deux facteurs principaux ont favorisé l'apparition de cette infection:

    - l'âge avancé de la patiente

    - la corticothérapie prescrite au long cours pour le traitement d'une polyarthrite rhumatoïde.

Chacun de ces 2 facteurs a contribué à diminuer les défenses immunitaires de la patiente, à l'origine de l'apparition de cette infection qui présente 2 risques évolutifs :

-       retard à la cicatrisation locale

-       dissémination systémique de l’infection virale

 

Revues générales sur les oesophagites:

- Les oesophagites (Dr Cabasset) (ppt), Les oesophagites non peptiques (ppt)

Last modified: Tuesday, 23 February 2016, 1:32 PM